Jean-Luc Godard, SMS: SAVE MY SOUL

Jean Luc Godard   Rien ne me fera aller au Festival de Cannes    rts.ch   info   culture

Jean-Luc Godard: Rien ne me fera aller au Festival de Cannes – rts.ch – info – culture.

Incroyable! Impayable!

(Quoi? CLICKEZ la phrase ci-dessus et démarrez la vidéo d’entrevue RADIO-TÉLÉ-SUISSE, c’est le but de mon article!)

Attardez-vous à « SMS, c’est quoi? C’est SAVE MY SOUL » (sauvez mon âme) Haaaa! Le fou! Le génie… Je parle avec vos mots de gens « normaux », car en tant que « fou », pour moi, pour nous devrais-je défendre, c’est vous les fous, lobotomisés, zombies… L’apocalypse, on y est depuis un bout déjà. Et pas que d’un regard qui vous permettrait de me juger. Non. Regardez comme on se réveille tard à « sauver la planète ». Parce qu’on marche les bras balants, le regard livide, frustrés, « coincés » dans un système. C’est nous le système!!! J’écourte d’un simple exemple tout bête, mais que vous ne pigez toujours pas: « vos achats produisent ce MONDE », arrêtez d’acheter n’importe quoi et cela changera. Facile à dire? En effet, et aussi à faire. Regardez par exemple, je fais un trip végé en ce moment. Difficile? Non. Et bien voilà, c’est aussi con que ça, que vous, que moi, que nous.

Alors que les Godards de ce monde voient la toute vérité dans chaque moment, la simplicité des résultats qu’on accomplit pendant que pour vous les défis deviennent des drames prennant des proportions monstrueuses… nous… assis sur le banc, on regarde, on attend se demandant jusqu’à quel point la connerie va vous noyer, puisque la connerie, comme disait Jean Yann, on ne l’arrête pas! Rassurez-vous ce n’est pas méchant et l’écrire ici n’est pas un excès d’égo ni de clivage socialisant, sinon tout juste une boutade en défense à vos violentes attaques. Bah oui, c’est violent de traiter les artistes de fous, agir bêtement (la masse, en masse) comme vous le faites, nous ostracisant, et comme pour Godard, à la gloire imposée sur vos écrans… nous aimer? Ah ça c’est du beau du bon du bonnet! Ah là on devient subitement des génies, acclamés, adulés et acceptés… Compris même? HA!

 

Mais Godard est là et tiens et rappelle tout ceci. Que nini le Festival de Cannes… ou autres fard, écran de fumée… C’est le festival qui a besoin de Godard et autres, pas l’inverse, jamais. Vous comprenez un peu pourquoi il n’en a rien à faire (si poliment) de cette éhontée parade de faux-semblant. Ouhlaaaa, je me calme le cannois! Je suis né à Cannes, mais il paraît que ca s’insère mal dans une conversation. On m’a dit, puisque j’ai seulement passé 10% de ma vie en France, qu’on dit beaucoup de mal de Cannes et la Côte d’Azur – donc « tiens t’en à simplement raconter que tu es de France ». C’est un parvenu à la mièvre défense de ses acquis qui m’a dit cela. Encore plus dérisoire… Alors que le monde se tourne vers Cannes et tout, le reste de l’année ça s’envoie péter. Il paraîtrait même que la France répudie Canne comme foison de branleurs. Mais ça aussi c’est notre histoire, même primitive: avoir des enjeux avec le village voisin ou le voisin tout court. Vous savez le genre de monde qui vous font toutes sortes de promesses et qui acquièsent sur des projets à venir, mais qui dorment au Pastis sur la plage?! C’est nous! NON, pas moi, mes parents m’ont sauvé la vie en émigrant au Canada, au Québec en fait. Un pays qui m’éduqua sur la valeur de la vérirté et de l’importance de la parole. Un état fédéré, pardon… qui m’a accueilli les bras ouverts sans même me connaître. Bon on s’en fout, mais quelle hérésie… À Cannes… « que des branleurs » (ce n’est pas de moi) et autres insultes que vous voudrez, mais en cette période où les jupes remontent aux seins, ah là…! LÀ on aime!!! Qu’es-ce qu’on dit de mon pays natal déjà? Des cons les français?! Pas tout-à-fait faux. Mais un peu plus que « des cons y’en a partout ». Faux, la concentration est plus forte en France, nettement! Une preuve?! Renseignez-vous sur les quotas d’immigration vers LE QUÉBEC😀 Le haut-lieu de la liberté selon Charles de Gaule 18e Président de la République française. Avec une preuve pareille, la tarre est excessivement lourde et ne se dément aucunement! Eh bah bon courage. Mais voilà un peu l’ensemble, une des formes facilement interprétables du raisonnement de Godard. Rien à faire de vos joujous… un peu quoi🙂 (il aurait offert nonchalemment son Oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière… à son fiscaliste, aussi simplement et généreusement qu’on offre une poire quand on en tiens deux en mains ou un jouet dont on n’a plus rien à faire… un encombrement)

 

Du Godard j’en ai vu dans mon enfance… Mais je remercie cet ami qu’est devenu quelqu’un qui crut en moi à mes pires moments Jean-Vital Joliat, jeune prodige qui crêvera un jour les écrans. Réalisateur, Caméra et Montage! Jean me mit en scène dans deux rôles muets qui crèvent l’argent des cristaux de nos écrans liquides! Il m’a amusé. J’ai aujourd’hui compris que lui, de la moitié de mon âge, cet exercice il le vit comme un exutoire pour moi. Il est de ces visionnaires qui entendent l’essence du fond des choses en tous lieux, à tous moments et qu’importe qui est là. On ne se voile pas devant JeanVital. Il m’a fallu quelques mois avant de me l’avouer alors que mes amis en disent ce que je viens d’expliquer en liquide. (les deux clips produits avec moi sont en fin d’article.)

Mais du Godard ou d’autres, ils ont rempli mon imaginaire. Pas ma mémoire. J’ai une mémoire sélective comme tout le monde, mis à part que je ne vois pas d’intérêt à répertorier comme une bibliothèque. Alors je retiens l’expérience de ces moments du cinéma, la structure des sentiments évoqués, les scénarios, enfin, ce qu’ils évoquent. Je ne suis pas diverti, je suis éduqué par le cinéma. Je suis un peu du genre porte-étendard de la « TV-Generation », mais pas par négligence de mes parents. Ils m’ont apporté tout ce qu’ils pouvaient, ce qui est plus que beaucoup d’enfants peuvent dire. Même s’ils ont travaillé et travaillent encore comme des usines à écrire sur la gastronomie, c’est par choix que je me coltinais des dizaines d’heures de cinéma et de télépar semaine. Je ne suis pas devenu abruti et obèse, cela m’a nourri pour dix générations. Je suis une télé, je suis une salle de cinéma et je n’abandonne pas le rêve de monter sur les planches.

La mémoire c’est autre chose, mais la nourriture de ces moments, ça, ca reste toujours. C’est ainsi que s’est contruite ma vie, ma bibliothèque interne de référencement aux choses, à la vie, aux autres, à la famille, à comment je veux être, aux rôles mêms que je joue (n’ayant pas osé faire de la comédie, le psychotisme ou la névrose socialisée inhérents est que cela se manifeste quand même dans mon quotidien. Des moments où il y avait moi, JE (différent de « moi ») devais ensuite m’excuser et expliquer que j’avais extrapolé de la situation, conversation, un personnage, un bout de scénario… enfin, on en vint à « réduire le texte afin d’en faciliter la compréhension » en s’en référant comme de « conneries ». D’autres l’excusaient dès le départ en signalant aux nouveaux amis « ça va, ce n’est rien, c’est Charles » (-Henri) et on en rit. Ah ça oui, on rit chaque fois et moi le premier. JE vous l’ai dit, je suis loin devant avec le ridicule! Quel char d’assaut! Essayez, vous verrez, personne ne maîtrise le ridicule aussi bien que ceux qui le sont par les mots des autres :p

Des simples statuations comme le « ridicule ne tue pas », ma présence en exulte l’invention même! Godard a fait bien mieux et je prépare mon tour sans prétention. Cela parce que je n’oserais me hisser à ses côtés par une opportune statuation trop libre. Mais les règles et établissements… à voir. Une chose est certaine, on a besoin de Godards, on a besoin de créatifs! On en a besoin comme on a besoin d’un toit et de nourriture. C’est comme une averse sous le soleil à St-Tropez, tout le monde aime ce mélange des contrastes.

« L’artiste a le pouvoir de réveiller la force d’agir qui sommeille dans d’autres âmes » -Nietzsche

 

CLIPS JEAN-VITAL FILMS

This Place Was a Shelter

Tout acte de création est avant tout un acte de destruction. PICASSO

ÓLAFUR ARNALDS   This Place Was A Shelter-© 2013 on Vimeo

 

 

Enjoy the Silence

« Quoi de plus définitif que le silence » BALZAC

ERIC WHITACRE   ENJOY THE SILENCE-© 2013 on Vimeo


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s