PHOTO:BOX, Brassaï

[FR] Gyula Halasz, de son vrai nom, débarque à Paris en 1924 où il devient mieux connu sous le pseudonyme de « Brassaï ». Il s’y immisce tel une personnification du « flâneur« , tel que décrit par Beaudelaire et photographie le tout Paris avec ce que l’on a moins l’habitude d’y voir… la nuit et au flash avec trépied même! Il intègre par conséquent à sa démarche une approche précise et calculée du cadrage alors que paradoxalement ces deux accessoires de la photo sont d’un ordre de pratique bien éloignée du discret auquel on pourrait s’attendre pour son sujet de prédilection. Il suffit de traverser « Paris de nuit« , ouvrage photo qu’il signe de cet oeil nocturne pour en apprécier toute l’évidence en images. Évidemment Brassaï ne fait pas que cela et prend nombre de photos sans flash et ne s’intéresse pas qu’à Paris. Il collabore d’ailleurs à Harper’s Bazaar tout au long de son parcours. Atget et Kertész sont ses premières rencontres photographiques qui l’amènent à faire ses premiers clichés dès 1929, mais Brassaï réduit grandement ses activités en début des années ’60 pour se diriger vers le cinéma qui lui avait d’ailleurs déjà valu un prix au « Festival de Cannes » en 1956, pour son film « Tant qu’il y aura des bêtes ». En 1978 on lui décerne le Grand Prix National de la photo à Paris; l’an 2000 est marqué d’une rétrospective majeure de son travail au Centre Georges-Pompidou; Brassaï est décédé en 1984.

[EN] Gyula Halasz, better known as Brassaï, lands in Paris in 1924, meets Atget and Kertesz and from then on starts taking pictures (as of 1929 – fame strikes early, 1933). He grabs Paris by night (which is actually his first published book – 1932) with his camera mounted on a tripod and uses a flash. Pretty audacious considering these two accessories are everything but subtle and discreet. Of course he creates many non-flash night photos and daytime reportages. His walk through the world of photography is tightly accompanied by his work at Harper’s Bazaar. Highly acclaimed, he nonetheless turns away from photography (early 60’s) and heads for cinematography which lands him a Cannes Film Fest Prize in 1956 for « Tant qu’il y aura des bêtes ». He is also awarded the Grand Prix National de la photo à Paris in 1976. Deceased in 1984, Paris, again, crowns his career wih a major retrospective in the year 2000 at the Centre Georges-Pompidou.

 

 

 

Image results on Google
https://www.google.ca/search?q=brassai+paris+de+nuit&hl=fr&prmd=imvns&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ei=MUSET_CzLofo0QH2vNjxBw&ved=0CCQQsAQ&biw=1280&bih=929


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s